Les incontournables dans la décoration du salon

Oeuvre Regout au salon

Notre blog | Février 2016 : Les incontournables dans la décoration du salon

# Des incontournables dans la décoration du salon

Combiné à la présence d’une œuvre d’art originale, le canapé est une des pièces phares qui donne du charme au salon. Le canapé doit être bien choisi, en fonction du style de la maison car il accompagnera votre quotidien durant plusieurs années. Par ailleurs, il est également important de bien décorer les murs de cette pièce.

# Optez pour les décorations murales pour décorer votre salon

Canapé sofa Oeuvre tableauPour décorer les murs de votre salon, vous pouvez par exemple opter pour un TONDO DE VERRE REGOUT. Vous pouvez l’utiliser pour encadrer l’espace Canapé cuir Design du salon. Il détermine l’ambiance du salon, et permet également de souligner le style des lieux, comme le style japonais, scandinave, etc. Vous pouvez aussi opter pour de la couleur sur les murs, qui est une astuce plus facile pour décorer le salon. Pour ce faire, il suffit de peindre les murs avec des couleurs chaudes comme le rouge, le vert, ou le bleu pour redonner du peps à la pièce. Pour une décoration élégante intemporelle, optez pour une couleur un peu plus neutre comme le gris, le lin, ou la couleur taupe. La couleur permet de créer des illusions d’optique, et donne du caractère à la décoration. La tendance est de ne peindre qu’un seul mur pour créer un soubassement. Sur un mur nu, optez pour des tableaux ou des miroirs faits à la main par l’artiste Regout, de préférence sur un mur blanc pour souligner la présence des objets. Pour un effet tendance, accrochez des miroirs au-dessus du canapé. La tendance va aussi aux stickers pour créer un mur végétal, ou des patchworks pour créer des illusions.

# Comment bien choisir son canapé

Pour bien choisir son canapé, voici quelques conseils offerts par Canapé Cuir Design. Tout d’abord, il faut déterminer quelles seront les futures utilisations de votre canapé cuir design. La taille de celui-ci et la matière dépendront en effet de ces utilisations. Aussi, si vous souhaitez par exemple que votre canapé comporte un lit, il est conseillé de prendre le modèle convertible. Il faut également prendre en compte le fait que votre animal ou que vos enfants utiliseront le canapé, de préférence avec des matériaux résistants, durables, et anti-tâches. La forme du canapé est aussi un critère important. Si vous disposez d’un petit espace, il est conseillé de ne pas se procurer des canapés d’angles très volumineux, afin de ne pas gêner la circulation dans la pièce. Optez plutôt pour des canapés 2 places, qui sont plus adaptés. Pour les grands salons, de nombreux modèles sont disponibles selon les goûts : canapés ronds, en forme de U, ou encore en forme de haricot… Le canapé doit être confortable. A cet effet, la densité de la mousse et de l’assise sont importantes, car plus ces 2 paramètres sont élevés, plus votre canapé sera moelleux. Il est conseillé d’adopter un modèle offrant une résistance raisonnable. En effet, lorsque vous êtes sur votre canapé, vos pieds doivent toucher le sol, et votre dos doit être bien calé. Il est également important que le canapé puisse reprendre sa forme initiale après son utilisation.

Un pont entre les civilisations

Peinture sous verre chinoise.

Notre blog | Février 2016 : UN PONT ENTRE LES CIVILISATIONS

# Introduction de la peinture sous verre en Chine

Peinture sous verre chinoise.
Peinture sous verre de Chine représentant une joueuse de harpe dans un intérieur. 65.5×44.5 cm.

L’introduction de la méthode des peintures sous verre en Chine doit beaucoup au missionnaire jésuite, le père Giuseppe Castiglione (1688-1766). Les peintures sous verre étaient produites à Pékin et à Canton, mais c’est probablement à Canton, grand port commercial de l’époque que l’essentiel de la production destinée à l’exportation fut exécutée.

Différents facteurs conjoints semblent avoir été déterminants dans le développement de cette pratique durant deux siècles : la large diffusion des estampes européennes, le goût pour l’art du portrait, l’attrait grandissant pour les chinoiseries à l’honneur dans l’art rococo, la maîtrise progressive de la fabrication des verres plats transparents et l’apparition de la notion de peintre professionnel vivant de son art.

# Les miroirs peints

En Europe, le goût des miroirs peints chinois s’étend au cours du XVIIIe siècle. Illustrant des scènes colorées souvent inspirées de gravures européennes, le miroir peint chinois se réalisait sur des miroirs argentés importés d’Europe dont on retirait le tain pour laisser transparaître l’image. Il est probable que cette technique s’est développée afin de pouvoir commercialiser des miroirs dont le tain avait abîmé pendant le transport. Pour en connaître davantage sur la technique du miroir peint, consultez notre Blogue.

# Pont commercial entre l’Orient et l’Occident

Au fur et à mesure qu’on se rapproche du XIXe siècle, on commence à trouver un goût en Europe pour des sujets peints mais dans le goût chinois.

La peinture sous verre comprend très peu de textes chinois car les lettrés de ce pays ont très peu écrit à ce sujet, la considérant comme un art mineur mais sa naissance et son développement sont l’un des rares exemples de rencontre réussie entre l’orient et l’occident.

Kandinsky séduit par la peinture sous verre

Détail d'une peinture sous verre signée Kandinsky.

TOUT POUR LA COULEUR

# L’art de la peinture sous verre se transforme sous l’influence de Der Blaue Reiter

La peinture sous verre a attiré l’attention de grands artistes tels que Wassily Kandinsky et Gabriele Münter (peintre et compagne de Kandinsky entre 1902 et 1906) et d’autres membres de Der Blaue Reiter dont Campendonk, Marc, Jawlensku, Werefkin, Klee.

Peinture sous verre signée Kandinsky
« Angel of the Last Judgment, » 1911. Hinterglasmalerei signé Kandinsky

# Le père de l’art abstrait, Kandinsky

Né en 1866 à Moscou et mort en 1944, Vassily Kandinsky est considéré comme étant à l’origine de la première oeuvre non figurative de l’histoire de l’art moderne, le plaçant au rang de fondateur de l’art abstrait.

La technique de la peinture sous verre a été découverte par Kandinsky durant l’été 1908 et il se passionne pour cette forme typique de l’artisanat bavarois, entreprenant même quelques recherches pour en connaître les origines. Kandinsky séjournera à Murnaü situé en Haute-Bavière où encore aujourd’hui on peut appercevoir cette peinture paysanne qui a été son inspiration. La peinture sous verre l’intéresse en tant qu’expression d’une culture populaire mais aussi parce qu’elle permet de produire des effets de transparence, de brillance et d’impressions moirées, selon les peintures utilisées et elle a eu son importance dans ces exercices plastiques.

# Cinquante-neuf peintures sous verre signées Kandinsky

« Kandinsky et Münter auraient essayé ensemble la technique de la peinture sous verre; ils ont commencé par copier la peinture paysanne bavaroise (Murnaü) et, après avoir maîtrisé la technique, ils sont passés à leurs propres créations. » (Source : Doina Anghel, université de Montréal, 1989).

Livre publié par le Guggenheim Museum
Livre publié par le Guggenheim Museum

La peinture sous verre de Kandinsky comprend un corpus de 59 peintures connues et ses premières expériences correspondent au moment où il accorda un intérêt particulier aux différentes expériences techniques ainsi qu’à l’étude des arts décoratifs.

Source: http://www.guggenheim.org/new-york/exhibitions/publications/from-the-archives/items/view/138   Livre numérique également disponible: https://ia800503.us.archive.org/27/items/vasilykandinskyp00rt/vasilykandinskyp00rt.pdf

Miroir, Suis-je la plus belle ?

Miroir peint

# Le miroir, un objet de luxure

Un regard éclair dans un miroir pour retoucher notre tenue avant un départ, voilà un geste assez banal. Pourtant les miroirs ont longtemps été considérés comme des articles de luxe, ne serait-ce qu’en raison du prix du verre. Ci-contre, miroir avec momento mori datant approximativement de 1660 et dont la photographie est tirée du livre du VitroMusée Romont, ISBN 978-2-9700542-3-8.

 

Isabelle Regout surprend par ses connaissances variées en peinture sous verre. Découvrez son travail sur www.artquebec.ca# Nonnenspiegel ou le miroir de nonne

À une certaine époque, les religieuses utilisaient un type spécial de miroirs dans lesquels elles ne regardaient pas entièrement ​​leur propre image. Que ce soit la représentation d’un saint ou d’une vanité, l’image était peinte sous verre avant son étamage. De cette façon, à travers la vénération du saint et non de soi-même, les religieuses étaient sauvées de la tentation de toute coquetterie ou pire, de la vanité qualifiée de péché mortel.

Ces miroirs peints sont désignés « Nonnenspiegel » (traduction de l’allemand : miroir de nonne).

Isabelle Regout surprend par ses connaissances variées en peinture sous verre. Découvrez son travail sur www.artquebec.ca
Dans un prochain Blog, l’artiste Isabelle Regout expliquera différentes techniques pour réaliser des miroirs peints. Le procédé technique pour réaliser ces miroirs relève de la technique de la feuille métallique. Soulignons qu’il est notamment possible de gratter le revêtement métallique du miroir, selon l’image à peindre, de sorte à laisser le verre apparent. La peinture est ensuite exécutée minutieusement à l’huile en inversé.

Ateliers d’artistes, un facteur de développement urbain

Ville de Gatineau

# Implantation des ateliers-résidences d’artistes dans la ville de Gatineau et la règlementation actuelle C-18

Tout en abordant succinctement l’état de la situation actuelle des ateliers d’artistes gatinois, ce blogue cherche à démystifier quelque peu les possibilités qu’offre l’actuelle règlementation de la Ville de Gatineau pour l’artiste professionnel.

Ville de Gatineau
À Gatineau, la classification dite C18 permet l’implantation d’un atelier-résidence (en usage additionnel).

Avec ses 270 000 habitants, Gatineau est la quatrième ville la plus populeuse du Québec et le troisième plus important pôle urbain de l’axe du Saint-Laurent après Montréal et Québec. Creuset verdoyant et apaisant, Gatineau veut se distinguer notamment par la culture qui est sans contredit un facteur reconnu de développement.

Selon l’expert Yvon Leclerc, Ph.D. Études urbaines, la grande majorité des artistes de la Ville de Gatineau vivent et travaillent dans leur atelier-résidence situé en quartier résidentiel, hors du centre-ville ou de l’île de Hull. Pour le reste, la ville ne compte que quelques ateliers d’artistes au centre-ville et aucun atelier d’artistes en zone commerciale où, faut-il le rappeler, le coût de location au mètre carré convient à un établissement industriel qui ouvre rarement ses portes au public (contrairement aux artistes).

# Les types d’ateliers prévus à la règlementation

Regardons ces différents environnements d’un peu plus près. Selon les règlements municipaux en vigueur, la ville de Gatineau prévoit trois (3) types d’atelier :

  • 1er type | Atelier d’artisan: lieu où une personne, dans le cours de ses affaires, seule, en équipe ou en société, exécute un travail pour son propre compte (R-502-133-2001, a.1, 1).
  • 2e type | Atelier d’artistes: établissement dont l’usage principal consiste à créer, exposer et vendre des œuvres originales découlant des différentes formes d’arts telles que : cinématographique, danse, dessin, multimédia, musicale, peinture, littéraire, photographique, sculpture, travail du bois, toute autre forme d’expression de même nature (R-502-112-2010, a.1, 1).
  • 3e type | Atelier-résidence: espace réservé en tant qu’usage additionnel à l’intérieur d’un logement pour la création, l’expression et la vente d’œuvres d’art qui découle des formes d’arts telles que : art textile, cinématographique, dessin, estampe, illustration, multimédia, musicale, œuvres littéraires, peinture, photographie, sculpture, toute autre forme d’expression de même nature (R-502-112-2010, a.1, 1).

Dans tous les cas, l’usage doit être indiqué à même la grille de zonage de l’adresse civique concernée et ce, pour exercer l’activité en toute légalité (favorisant ainsi l’obtention d’assurance en biens professionnels ou en responsabilité civile, en plus de régulariser le statut de travailleur autonome).

Les zones commerciales où, les ateliers d’artisans (type 1) et les ateliers d’artistes (type 2) sont autorisées, à vrai dire ils s’en trouvent très peu. Toutefois, comme indiqué ci-avant, ces types d’ateliers ne s’adaptent pas nécessairement aux besoins de l’artiste. Nous allons donc, dans les prochaines lignes, porter notre attention sur le 3e type d’atelier.

Nonobstant le fait que la définition de l’atelier-résidence énumère une liste d’une douzaine d’usages artistiques, le seul usage additionnel communément autorisé en quartier résidentiel et qui se rapproche le plus d’un «artiste», est celui de « couturière ». L’artiste professionnel n’est donc pas plus avancé…

Ville de Gatineau
Selon l’expert Yvon Leclerc, la majorité des artistes vivent et travaillent dans leur atelier-résidence.

L’exception à ce principe général, c’est la classification dite C18 qui permet dans des zones délimitées (d’habitation ou mixte), l’implantation d’un atelier-résidence (en usage additionnel). Grâce au travail de synthèse du Service d’urbanisme, ces lieux sont désormais clairement cartographiés dans un document disponible (ici) en version .pdf. Vous y trouverez une cartographie grand format des différentes zones par «Village urbain» dans lesquels l’usage C18 est permis. Les deux dernières pages du document cataloguent les zones dans lesquels l’usage C18 est permis avec une énumération des adresses civiques concernées. Pour les plus technos, il est possible de consulter l’Atlas interactif de la ville de Gatineau qui permet de visualiser l’emplacement des zones concernés ainsi que les liens avec la grille de zonage  (Recherche: zonage, inscrire le numéro de la zone, bouton d’information zonage pour visualiser la grille).

En conclusion, vous aurez compris que l’usage additionnel «atelier-résidence» n’est pas systématique sur le territoire gatinois mais il faut dire à la défense de la ville de Gatineau, que depuis plusieurs mois des réflexions sérieuses sont engagées par les autorités pour un assouplissement de ces règles. C’est à suivre…

( publié en sept. 2015 par Isabelle Regout )

Décor d’architecture civile

Fixé sous verre, pour un décor d'architecture civile

Notre blog | Septembre 2015 : PAR AMOUR DU GESTE

# Fixé sous verre, une appellation distincte

L’appellation française « fixé sous verre » est souvent associé, à tort, pour définir l’ensemble des techniques sous verre.

Or, le fixé sous verre est le résultat d’une œuvre peinte de façon traditionnelle (papier, toile, tissu, parchemin, etc.) qui sera ensuite «fixée» directement et sans espace intercalaire sous une plaque de verre préalablement enduite d’un adhésif. Dans cette technique picturale, l’ensemble du geste artistique n’est donc pas effectué au revers d’une plaque verre et c’est pourquoi on la désigne sous le vocable «peinture sous verre trompeuse». Ces fixés ont été très utilisés de 1850 à 1930 pour décorer les façades et les intérieurs de boutiques parisiennes.

# Le fixé sous verre comme décor d’architecture civile

www.artquebec.ca célèbre l’art de peinture sous verre.En France, on peut apprécier de grands panneaux de fixés sous verre que l’on utilisait dans la seconde moitié du XIXe siècle pour constituer des devantures ou des plafonds intérieurs richement décorés de certains commerces. Malheureusement, plusieurs décors ont disparu au fils du temps faute de l’intervention du propriétaire et d’un restaurateur averti.

De nos jours, les témoins subsistant sont inscrits à l’inventaire des Monuments historiques et donc, protégés. Si vous allez à Paris, pourquoi ne pas profiter d’un repas gatronomique au Grand Véfour tout en admirant les fixés peints «dans l’esprit des fresques de Pompéi» (2008, Jeannine Geyssant) ? Pour les routards, vous n’êtes pas en reste car les devantures au 29 rue de Poitou et aux 21 rue Sévigné – 23 rue des Francs-Bourgeois sauront tout autant vous ravir!

Pour les amoureux de lecture, vous pouvez vous mettre sous la dent : «Vitrines du passé – L’Art du fixé sous verre à Paris»,  de Aline Boutillon, Les Éditions Artena, 2006, ISBN : 2-35154-006-9, EAN : 9782351540060, 108 pages et plus de 300 photos.

# Isabelle Regout introduit la peinture sous verre dans l’architecture civile au Canada
Ce mois-ci, la ville de Gatineau a choisi le projet de l’artiste Isabelle Regout dans le cadre du concours d’intégration des arts à l’architecture du Pavillon du parc La Vérendrye (Québec, Canada). Le quadriptique projeté sera de grandes dimensions soit 1,4 m X 5,5 m. Il offrira différentes lectures aux visiteurs grâce à la superposition des images, le tout en technique sous verre. «Le dynamisme des formes, les couleurs vives et le sujet universel attireront l’oeil de tous, jeunes et moins jeunes » – Communiqué de presse de la ville de Gatineau.

Du sable de Venise au verre peint de Murano

Notre blog | Août 2015 : DU SABLE DE VENISE AU VERRE PEINT DE MURANO

 

# Fabrication du verre à Murano

Ile et agglomération de la commune de Venise en Italie, Murano est devenu un centre verrier incontournable. Au XVIe siècle, sa réputation est à son apogée avec ses productions qui se diffusent dans toute l’Europe. Le secret de sa réussite réside sans aucun doute dans son savoir-faire mais celle-ci possède un ingrédient de qualité : le sable de la lagune de Venise.

La fabrication du verre est possible grâce à la fusion d’un sable siliceux mêlé à de la chaux, du carbonate de sodium ou du potassium. En ajoutant des métaux et des oxydes métalliques en cours de processus, il est possible d’influer sur la couleur du verre. Par exemple l’apport d’une faible quantité de manganèse réduit la teinte verdâtre du verre qui est causée par la présence du fer. D’autres techniques sont possibles pour obtenir des teintes différentes en suivant des procédés chimiques précis et méthodiques.

# Développement de la peinture sous verre

La peinture sous verre profite des développements de cette industrie et devint un art savamment maîtrisé. Dans la deuxième moitié du XVIe siècle, les peintres sous verres réalisent des compositions très élaborées. Les peintures sous verre attirent le regard car la virtuosité de la technique est à couper le souffle ! L’artiste Isabelle Regout partage ses découvertes sur ce morceau de l’histoire lors d’une conférence au Musée des Beaux-Arts du Canada.

Après plus de 800 ans, Murano maintien sa renommée internationale dans la fabrication du verre. La production d’objets de verre est devenue au fil du temps d’un grand raffinement dont le style se rafraîchi avec l’aide d’artistes contemporains.

Du verre pour deux métiers

Notre blog | Juillet 2015 : DU VERRE POUR DEUX MÉTIERS

 

# L’art de la peinture sous verre se distingue de l’art du vitrail

Il existe des différences fondamentales entre la peinture sous verre (PSV) et l’art du vitrail même si ces deux techniques ont en commun la matière première utilisée qui est le verre. La couleur peut également être associée à ces deux modes d’expression mais les méthodes pour peindre les surfaces n’ont rien en commun.

En PSV, on utilise en général de la peinture appliquée à froid pour réaliser un décor artistique inversé sur verre et qui est ultimement opaque. La réalité du maître-verrier, réalisant des vitraux, est tout autre. Son vitrail doit être cuit pièce par pièce au four, lesquelles pièces une fois refroidies sont assemblées à l’aide de résilles de plomb. Seul le vitrail permet à la lumière bi-directionnelle de le traverser entièrement que ce soit sous l’effet du soleil ou de la lumière artificielle.

# La peinture sur verre est associée au maître-verrier

Le maître-verrier, appelé également peintre de chevalet, a l’avantage de pouvoir peindre à l’endroit et ce, contrairement à l’artiste en PSV qui doit régulièrement effectuer un retournement de sa pièce opaque pour en admirer le devant. Plus la peinture sous verre se parachève, plus les interventions de l’artiste sont limitées car le repentir dans cet art est impossible.

# Le vitrail, une pièce d’art servant à clore une baie

Le vitrail est destinés par essence à être une œuvre monumentale intégrée à l’architecture. Celui-ci tend à résister aux intempéries et aux conditions climatiques extérieures, à l’inverse de la PSV qui sert de décoration murale d’intérieur et qui peut être déplacée facilement compte tenu de sa petite taille. Voici une construction graphique pour que le lecteur réalise pratico-pratique que la grandeur des pièces à laquelle fait appel le vitrail est incomparable à la PSV.

# Dichotomies entre ces métiers : peintre sous verre et peintre verrier

La différence entre ces deux pourrait se résumer ainsi : En peinture sous verre l’artiste travaille à l’aveugle en quelque sorte. Il n’a pas le choix s’il veut refléter la réalité, il doit peindre en inversé ce qu’il voit afin qu’une fois complétée, son œuvre réalisée en peinture opaque et contemplée à travers le support de verre éclairé en lumière incidente, soit à l’endroit. Autrement, s’il peignait une Peugeot dans une rue parisienne donc à droite, lorsqu’il retournera son travail pour le contempler, il aura la surprise de découvrir une voiture française dans une rue de Londres ! Il ne pourra plus rien y changer.

Lumière irisée aux multiples couleurs

Notre blog | Juin 2015 : LUMIÈRE IRISÉE AUX MULTIPLES COULEURS

# L’abat-jour peint entièrement à la main

À la fois utiles et objets de décoration à part entière, les lampes peintes sous verre sont des réalisations d’exception. Des fabricants comme la société américaine Handel sont reconnus pour créer des abat-jours réalisés à la main en peinture sous verre depuis plus de cent ans.

# Les lampes de table rehaussées en peinture sous verre sont convoitées aux enchères

Proposant des éclairages d’ambiance fort différents selon les modèles, la conception des abat-jour permet de recevoir un décor exécuté à la main par le biais d’une technique complexe. Le motif tracé à l’intérieur d’un verre conique ou en forme de dôme, est ensuite complété en couleurs avec toutes les nuances qu’apportent la peinture inversée sur verre. Ces dessins réalisés à l’envers sont le fruit d’un travail artistique précis et délicat. Plus le mérite artistique est grand, plus la pièce gagnera en valeur et certaines sont mêmes de véritables pièces maîtresses en leur genre. Les sujets les plus prisés des collectionneurs sont certainements les paysages bucoliques directement tirés de l’imagination des créateurs. Rago Arts and Auction Center offre régulièrement à ses clients des lampes signées Handel et il n’est pas rare qu’elles soient emportées pour un montant supérieur à 11 000 $ USD.

# Commandez votre propre lampe de table

L’illumination chaleureuse qui se dégage des lampes peintes sous verre, met en évidence des œuvres d’art qui apportent une touche à la fois raffiné et sobre à un intérieur. N’hésitez pas à contacter l’artiste Isabelle Regout pour vos besoins en décoration d’intérieur, vous servir sera un plaisir.

 

Les techniques en peinture sous verre

Notre blog | Mai 2015 : TECHNIQUES EN PEINTURE SOUS VERRE

# Les techniques en peinture sous verre

Il existe différentes façons de créer une peinture sous verre ( PSV ) et une appellation spécifique identifie chacune de ces techniques : (1) la peinture sous verre au sens strict (aussi appelée peinture au revers du verre), (2) l’églomisé où une feuille métallique notamment d’or, d’argent, ou d’aluminium est fixée au support à l’aide de colle ou de glacis, (3) le miroir peint, fait par grattage du tain afin de céder la place au motif peint ou par étamage après avoir peint le motif, (4) l’estampe sous verre utilisant l’encre d’imprimerie transposée à partir d’une estampe, (5) le fixé sous verre consistant en un décor préalablement réalisé puis fixé sous le verre pour y adhérer (coller) sans vide intercalaire[1].

Techniques sous verre
Techniques sous verre

# La peinture sous verre générique

Réalisé entièrement à la main, le décor artistique unique de la PSV est constitué d’une multitude de matériaux, de types de peinture, de couches, de tons et d’épaisseurs variés tantôt opaques tantôt translucides mais accompagnés alors obligatoirement d’un fond opaque de couleur sombre et généralement noir. Pour l’églomisé, la feuille métallique est évidemment opaque tout comme le reste du décor y compris le fixé si l’artiste y fait appel. L’interaction de tous ces matériaux choisis en fonction de la destination et de la technique, donne naissance à de délicats chef-d’œuvres regroupés sous la dénomination générale de PSV. Pour une même PSV, il est possible de faire appel à plus d’une technique. Exemple de techniques mixtes : quelques fragments de fixés sous verre complétant un églomisé à feuilles métalliques gravées.

Il existe donc différentes façons de créer une PSV et qu’une appellation spécifique identifie chacune de ces techniques mais que d’autre part certaines PSV peuvent être créées en technique mixte. Pour être conforme à la littérature technique pertinente, le terme PSV est utilisé pour éviter la multiplication des expressions synonymes qui alourdissent inutilement notre blogue.

Selon vous, l’artiste Regout utilise quelles techniques dans ses oeuvres ?

[1] Peintures sous verre, de l’Antiquité à nos jours, par Jeannine Geyssant, Massin (France), 2008, ISBN 978-2-7072-0578-0, 272 p.; pages 9 à 14.